Dans la légende arthurienne, la magie et le merveilleux sont toujours très liés à la Nature. On  peut même aller jusqu'à penser que les éléments naturels sont à l'origine même de l'existence de la magie. Enchanteurs, magiciennes et êtres féeriques tirent en effet leurs pouvoirs des arbres, du vent, de l'eau, de la terre, de la tempête ou de la brume. Les animaux, eux aussi, font partie intégrante de la nature. Ils appartiennent à cet univers sauvage qui échappe à la raison des hommes et qui est encore dirigé par des forces mystérieuses et anciennes. A ce titre, eux aussi possèdent une forme de magie, eux aussi peuvent être un lien entre le monde des hommes et le monde féerique. 

Dans la légende arthurienne, les animaux peuvent avoir plusieurs fonctions : certains peuvent être, par exemple, des messagers ou des augures. Pour celui qui sait interpréter leur langage, ils peuvent révéler l'issue d'une quête ou un événement à venir. D'autres, comme le lion d'Yvain sont des compagnons ou des protecteurs qui aident les chevaliers à accomplir leur destinée. D'autres encore ne sont pas vraiment des animaux, mais un magicien ou une enchanteresse dissimulés sous les traits d'un cerf ou d'un corbeau. Quoi qu'il en soit, les animaux ont toujours une portée symbolique très forte, leur présence a toujours une signification bien particulière, et lorsqu'ils apparaissent au cours d'un récit, ce n'est jamais au hasard.
Voici quelques exemples d'animaux que l'on voit quelquefois apparaître dans des épisodes de la légende et qui peuvent à l'occasion, jouer un rôle important.

Les cerfs et les biches blanches

Les cerfs et les biches blanches apparaissent de façon récurrente dans la légende du roi Arthur. Le blanc, rappelons-le, est, dans la mythologie celte la couleur de l'Autre Monde. Les cervidés, eux, sont des animaux totémiques qui comptent parmi les divinités les plus anciennes des Celtes. Le dieu gaulois Cernunnos (dieu cornu) est représenté sous la forme d'un cerf. Il est associé au culte de la fertilité mais surtout  au renouvellement des saisons en référence aux bois de l'animal qui tombent et repoussent chaque année. Plus généralement, le cerf est, à l'époque du roi Arthur, un animal noble qui, au même titre que le lion ou l'ours, représente une forme de souveraineté animale, en d'autres termes, le cerf majestueux est en quelque sorte le seigneur de la forêt. Il s'agit d'une bête que l'on respecte et que l'on admire et, lorsqu'on la chasse, c'est un gibier de grande valeur. Lorsqu'un cerf ou une biche apparaît dans la légende de la Table Ronde, c'est toujours un événement qui a une signification importante, surtout si l'animal est de couleur blanche.
Dans le Roman de Lancelot, Lancelot et Mordred voient apparaître un cerf blanc conduit par quatre lions. Ils passent devant les chevaliers sans leur faire de mal et s'enfoncent aussitôt dans les bois. les deux jeunes gens sont conscients qu'ils sont en train d'assister à une vision venue de l'Autre Monde qui a certainement un sens caché. Malheureusement ils ne peuvent suivre le cortège car ils sont attaqués par deux autres chevaliers qui les désarçonnent et leur volent leurs montures. La signification de cet épisode reste donc mystérieuse. Dans l'Estoire del Saint Graal, texte écrit un peu plus tard, une scène identique se produit devant les descendants de Joseph d'Arimathie, mais cette fois, une explication est proposée : le cerf blanc symboliserait le Christ dans sa pureté immaculée alors que les quatre lions représenteraient les quatre évangélistes. Un épisode similaire existe aussi dans la Queste del Saint Graal avec la même interprétation. En réalité, cette explication donnée par l'auteur est une relecture christianisée de symboles d'origine celtique.
Traditionnellement, dans les légendes celtes, la vision d'un cerf ou d'une biche blanche est une médiation vers le monde merveilleux, l'animal sert de guide vers l'Autre Monde où se déroulent des aventures extraordinaires. Il arrive que les chevaliers rencontrent des biches blanches dans la forêt. Lorsqu'ils s'aventurent à les suivre, le voyage ne manque jamais de surprises. La biche s'avère parfois être en réalité une belle jeune femme victime d'une malédiction. Biche le jour et femme la nuit, elle attend de rencontrer le sauveur qui saura la soustraire à l'emprise de ses ennemis. Si le chevalier se montre à la hauteur, il aura alors le privilège de l'épouser. D'autres fois, la blanche biche est une fée déguisée. Son rôle est alors de conduire les chevaliers vers le théâtre de leurs futures aventures. Symbole de pureté et d'innocence, la biche blanche est une créature bienveillante qui hante paisiblement les bois et intervient de temps à autres pour aider le héros dans sa quête.
Plus imposant, le cerf a quant à lui une allure de gardien de la forêt. Il représente les forces primordiales de la nature. Lorsqu'il est blanc, il est une créature surnaturelle qui symbolise la puissance magique de l'Autre Monde. Lors de ses nombreux exils dans les bois, Merlin a l'habitude de se montrer sous les traits de cet animal. Comme lui, il a un lien très fort avec la nature, comme lui, il est un gardien de la forêt, et comme lui, il est un être issu de l'Autre Monde, à la fois puissant et sage.


Les corbeaux

Morgane 3Symbole hérité de la tradition celtique, le corbeau est surtout associé aux magiciennes et en particulier à la fée Morgane. Tout comme son ancêtre, la déesse irlandaise Morrigan, la fée Morgane a le pouvoir de se transformer en corbeau, ce qui est très pratique pour voyager aux quatre coins de la Bretagne ! Sous cette forme, elle peut ainsi se rendre très vite partout où elle le souhaite, cacher sa véritable apparence à ses ennemis ou à ceux qu'elle veut espionner. Elle peut s'enfuir à tire d'aile devant un ennemi et se précipiter auprès de quelqu'un qui a besoin de son aide.
La fée Morgane, tout comme ses soeurs d'Avalon est aussi l'amie des véritables corbeaux. Elle comprend leur langage et leur confie parfois des missions, ainsi, elle peut se servir d'un corbeau comme messager, pour avertir quelqu'un, le mettre en garde ou l'informer. Elle peut aussi demander aux corbeaux d'être ses yeux et d'espionner pour elle ceux qu'elle ne porte pas dans son coeur ou dont elle souhaite se venger. Il n'est donc pas facile de dissimuler des secrets à la fée Morgane et à ses fidèles alliés !
Tout comme Morgane elle-même, le corbeau a mauvaise réputation. Son plumage noir, sa nature de charognard et son cri sinistre le rendent peu sympathique. En outre, chez les Celtes, il est associé à Morrigan, la déesse de la guerre et des champs de bataille. Animal solitaire et inquiétant, il est facile de l'assimiler aux ténèbres et à la mort et de le considérer comme un oiseau de mauvais augure. Mais même s'il fait peur, le corbeau a son utilité : universellement considéré comme un médiateur entre la vie et la mort, il sert souvent de messager entre ces deux mondes. Il peut aussi envoyer des présages que les hommes sauront ou non interpréter : il lui arrive ainsi d'annoncer une victoire à la guerre ou au contraire de mettre en garde contre une défaite.
Le corbeau est aussi associé à l'idée de sagesse et de clairvoyance. Est-ce lié au fait que la première chose que l'oiseau dévore sur ses victimes soit leurs yeux ? Toujours est-il que le corbeau a la réputation de tout voir et de tout savoir, c'est pourquoi on l'emploie si souvent pour espionner. Animal lié au savoir et à la connaissance, ce n'est pas pour rien qu'il est le compagnon favori de la savante Morgane.
Le corbeau est donc avant tout un émissaire de l'Autre Monde
pris dans le sens d'au-delà. En effet, s'il a un lien avec la mort, le corbeau a peu de rapport avec la magie et la féerie. La fée Morgane, elle aussi est associée à la mort et aux ténèbres, n'oublions pas qu'elle est la reine de l'île d'Avalon, l'un des lieux identifiés de l'au-delà celtique. Il est donc normal qu'elle ait choisi le corbeau comme animal fétiche.

Les dragons

dragon0001

Les dragons sont des créatures merveilleuses bien connues. On en rencontre souvent dans les récits de la Table Ronde. Ce sont des animaux que les chevaliers craignent et qu'ils redoutent d'affronter car ils savent qu'ils sont très dangereux.
Les dragons sont des animaux magiques à qui l'on fait souvent appel pour garder des lieux appartenant à l'Autre Monde. On peut donc en trouver dans les châteaux enchantés, dans les endroits sauvages à la frontière des deux mondes et dans les lieux ensorcelés. Ainsi, la fée Morgane, lorsqu'elle ensorcelle le Val Sans Retour, emploie des dragons pour garder l'accès de son domaine et interdire à tous les chevaliers infidèles de s'en aller. Un moyen particulièrement efficace pour décourager les plus hardis d'entre eux ! (Voir le Roman de Lancelot.)

Les dragons ont donc un lien privilégié avec les enchanteurs et les magiciennes. Quelquefois, ces derniers sont même les seuls à pouvoir détecter leur présence. Ils sont aussi les seuls à comprendre leur comportement et leur langage. Ainsi, Merlin, âgé de seulement sept ans a pu sauver sa vie en découvrant les deux dragons dissimulés sous la tour de l'usurpateur Vortigern. Ce dernier, qui craignait les attaques ennemies avait en effet décidé de faire construire une tour défensive à un endroit stratégique, or dès le début des travaux, cette tour ne cesse de s'écrouler. Excédé, Vortigern fait alors appel à des devins pour comprendre ce phénomène. Ceux-ci prédisent alors que l'édifice tiendra si on mêle au mortier de construction le sang d'un enfant né sans père. Après quelques recherches, Merlin, qui correspond à la description des devins, est conduit devant le roi. C'est là que le jeune garçon révèle la vraie raison de l'effondrement des tours : sous les fondations, deux dragons sommeillent, mais lorsqu'ils se retournent, leurs mouvements font trembler la terre, si bien que la tour s'écroule. Les ouvriers creusent alors la terre et libèrent les deux dragons, un blanc et un rouge. Aussitôt, les deux monstres se jettent l'un contre l'autre et se livrent un combat terrible jusqu'au moment où le rouge tue le blanc. Une nouvelle fois, Merlin explique le sens de ce qui vient de se produire : le dragon blanc symbolise Vortigern l'usurpateur et le rouge, Uter Pendragon, l'héritier légitime déjà en route pour venir reprendre son trône. La mort du dragon blanc signifie que Vortigern va être vaincu par Uter et que ce dernier le tuera. C'est effectivement ce qui se produit trois mois plus tard.
Seul un être comme Merlin était capable d'interprêter de cette façon le comportement des dragons et de comprendre la symbolique de ce combat. Quant aux dragons eux-même, créatures de légende au service du destin, ils jouent dans ce récit un rôle prophétique. Plus que de simples animaux, plus que des monstres terrifiants, ce sont des êtres qui interfèrent dans la vie des hommes et des rois pour les avertir, pour les éprouver, pour leur permettre d'accomplir leur destin.

Les dragons, bien que terrifiants, sont aussi des créatures majestueuses et magnifiques. Ils symbolisent la puissance, l'invincibilité et la combativité, à ce titre, ils ont tout pour devenir l'emblème d'une famille royale comme celle du roi Arthur.
Le roi Arthur appartient en effet à la lignée des Pendragon, ce qui signifie en langue bretonne "tête de dragon", le symbole du dragon apparaît donc dans son nom ainsi que sur son étendard. Le choix de cet animal fantastique comme emblème signifie que la famille d'Arthur revendique un lien avec les dragons, elle prétend partager leur courage, leur force et leur invincibilité, à ce titre, elle se présente comme une lignée qui mérite de dominer le monde tout comme les dragons dominent le règne animal. C'est une marque de souveraineté et de noblesse.

imageAu tout début du règne d'Arthur, au moment où le jeune homme doit partir en guerre contre les baronsrévoltés qui refusent de le reconnaître comme roi, Merlin offre à son protégé une bannière magique sur laquelle est représenté un dragon. Et ce dragon crache vraiment du feu ! L'enchantement du magicien est à la fois un moyen de faire peur aux adversaires d'Arthur et de les vaincre. En effet, il s'agit d'un avertissement : ceux qui s'opposent à Arthur, représentant humain du dragon, risquent de périr dans les flammes. Lorsque la bataille commence, Merlin lance un sortilège et incendie toute la prairie, beaucoup d'ennemis sont tués et les autres sont complètement déstabilisés, ce qui assure une brillante victoire à Arthur. Dans cet épisode, Merlin a une fois de plus usé de sa ruse pour aider le jeune roi à assoir son autorité. Et ce n'est pas par hasard qu'il a imité les pouvoirs du dragon car cette créature est sans nul doute la puis puissante, la plus majestueuse et la plus terrifiante de toutes les créatures de Bretagne. Ce récit est retracé dans L'Histoire de Merlin, écrite au XIIIème siècle.